Janvier 2019, au Ministère des Outre-mer à Paris, le député Sylvain Brial avait soulevé la question délicate de la desserte aérienne sur Wallis-et-Futuna, préoccupation majeure du député.

En effet, la compagnie aérienne Aircalin est la seule à desservir le territoire depuis plusieurs années. Une convention de délégation de service public donne à la société Aircalin la gestion et l’exclusivité du transport entre Wallis-et-Futuna. Cependant, les vols assurés par cette compagnie sont incertains et chers. Ils ne donnent pas satisfaction. Une situation contraignante pour l’ensemble de la population du Fenua.

De plus, les liaisons inter Wallis-Futuna posent également de nombreux problèmes, en cas de mauvais temps les avions ne peuvent atterrir en fonction de l’orientation du vent.

Dans ce contexte, le député Sylvain Brial s’était donné pour mission pour son élection de casser l’isolement de Futuna.

Dernièrement, Sylvain Brial s’est réjoui de la prise de position de l’Assemblée territoriale quant à la desserte par des nouveaux avions de type ATR. Ces avions sont en effet les mieux adaptés aux enjeux territoriaux.

Afin d’aboutir à ce projet, Sylvain Brial avait rencontré de nombreux prestataires ; il s’est notamment déplacé en Suisse pour échanger avec plusieurs d’entre eux.

Sylvain Brial espère même par la suite l’ouverture de l’île sur d’autres territoires, particulièrement sur les îles Fidji. La ville de Nadi, par exemple, représente un hub important : c’est un transit intéressant et financièrement attractif pour la population du Fenua souhaitant voyager.