Projet de Loi de finances 2021 : le budget des outre-mer en sensible augmentation

Le 9 octobre, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer, s’est rendu en Nouvelle-Calédonie pour 3 semaines.

Avec son retour en métropole et les mesures sanitaires en vigueur sur l’ensemble du territoire français, la question des budgets de l’Outre-Mer a été à l’ordre du jour des prochaines discussions à l’Assemblée nationale, la nuit dernière.

Le projet de loi de finances 2021 prévoit 2,38 milliards d’euros à destination de la mission Outre-Mer. Il traduit une grande mobilisation de l’État aux besoins spécifiques et avec une part importante dans le budget de relance la pleine mobilisation de l’état avec la crise sanitaire de la Covid-19.

Dans la situation de crise économique actuelle que connaît le pays et plus largement, le monde entier, les territoires d’Outre-Mer sont particulièrement touchés. Bien que le PIB y chute moins qu’en métropole, certains secteurs spécifiques sont principalement affectés, comme le secteur du tourisme.

Les crédits de la mission Outre-mer doivent plus que jamais être mobilisés au service d’un développement des territoires ultramarins en matière économique, sociale et environnementale. Les crédits de la mission, qui représentent 12% de l’effort budgétaire de l’État en faveur de l’Outre-mer, sont en légère hausse dans le projet de loi de finances 2021.

De ce fait, deux programmes sont particulièrement importants à mettre en lumière.

Le programme “Conditions de vies Outre-mer”

Ce programme rassemble les crédits des politiques publiques en faveur de l’amélioration des conditions de vies dans les territoires d’Outre-Mer. Les autorisations d’engagement ont connu une hausse de 7% s’établissant à 828,77 millions d’euros. Le logement est le principal bénéficiaire de cet effort, avec une hausse des crédits atteignant 224,62 millions d’euros.

Les crédits en faveur de la continuité territoriale connaissent également une hausse non négligeable, alors que l’on mesure encore difficilement les effets du confinement dans ce secteur.

Le programme “Emplois Outre-Mer”

Ce programme est quant à lui largement consacré au financement des exonérations des charges sociales, représentant 84% des crédits du programme et 57% des crédits de la mission. Ce programme se caractérise par une augmentation très importante des autorisations d’engagement et des crédits de paiement, qui ont respectivement enregistré une hausse de 107 millions et 94 millions d’euros.

Cette progression budgétaire témoigne de l’effort supplémentaire du Gouvernement en faveur des entreprises ultramarines, du fait de l’accroissement des exonérations de cotisations sociales patronales.

Le programme “emplois Outre-Mer” se concentre principalement autour des entreprises. Il rassemble notamment les moyens en faveur de l’Agence de l’Outre-Mer pour la mobilité. Cet organisme assure le financement des frais pédagogiques et le coût du transport des jeunes ultramarins désirant suivre une offre de formation dans l’Hexagone.

Enfin, le Service Militaire Adapté (SMA) fait également l’objet d’une attention particulière : ce dispositif créé en 1961 représente un marqueur fort pour les jeunes que beaucoup rejoignent afin de faciliter leur entrée dans la vie active. À ce titre, les moyens du SMA seront renforcés, le recrutement de 35 encadrants supplémentaires étant prévu.

Budget 2021 : une occasion pour Wallis-et-Futuna de concrétiser des projets

Pour Wallis-et-Futuna, le montant consacré par la mission Outre-mer est une opportunité de concrétiser une part de son plan de convergence. Dans ce contexte, des sommes significatives sont prévues à destination de différents domaines tels que l’éducation, la santé, le service militaire adapté ou encore la sécurité civile.

  • L’éducation

17 millions d’euros : c’est le montant prévu par le Gouvernement pour la reconstruction du lycée de Mata’Utu. Ce lycée, construit en 1993, a connu de nombreux problèmes de bâti. Durant l’année 2010, malgré les campagnes de travaux menées, le cyclone Tomas est venu aggraver l’état matériel de l’établissement. Wallis-et-Futuna pourra engager un montant important, afin de garantir des locaux en meilleur état pour les lycéens de Wallis.

  • La santé

Le territoire ultra-marin pourra également accorder une somme importante aux travaux nécessaires pour l’Agence de Santé de Wallis-et-Futuna et notamment pour l’hôpital de Kaleveleve sur l’île de Futuna. Ces deux bâtiments, et particulièrement l’hôpital, sont dans un état de délabrement avancé. L’hôpital de Kaleveleve manque de matériel et connaît des difficultés en matière d’approvisionnement en médicaments, sans compter la vétusté des locaux.

Cette situation est très préoccupante pour l’île. C’est dans le cadre du plan de relance qu’une somme de 45 millions d’euros est ainsi mobilisée qui vient s’ajouter au budget de l’agence régionale de santé, lui même en hausse sensible.

  • Le service militaire adapté

Le Service Militaire Adapté (SMA) est un dispositif d’insertion socioprofessionnel au profit des jeunes des Outre-mer. Ce dispositif a été créé en 1961 aux Antilles-Guyane.

En 2009, une décision présidentielle prévoit de doubler le nombre de jeunes accueillis, en passant de 3000 jeunes à 6000. Cet objectif est atteint en 2017, lorsque le SMA devient en mesure d’accompagner 6000 jeunes chaque année.

En 2018, le SMA lance un projet visant à améliorer l’employabilité durable de ses bénéficiaires. À ce titre, les jeunes de Wallis-et-Futuna sont rattachés au SMA de Nouvelle-Calédonie. Le budget finance la création d’un nouveau centre de SMA à Bourail, en Nouvelle-Calédonie, et ainsi que la création des emplois d’encadrements nécessaires.

  • La sécurité civile

Le territoire de Wallis-et-Futuna était très soucieux de sécuriser le financement de son service de protection civile. 576 000 euros du programme “Interventions territoriales de l’État” sont ainsi mobilisés comme s’y était engagé le gouvernement.

Ce budget conséquent consacré à cette mission va permettre aux territoires ultra-marins, et particulièrement à Wallis-et-Futuna, de réaliser des projets restés en attente trop longtemps.