Depuis des décennies, le taro d’eau est une spécialité de l’île de Futuna. La culture de cette plante fait partie intégrante de la vie locale.

Le contexte géographique et l’abondance d’eau est favorable au développement de ce tubercule. À Wallis, les conditions ne sont pas toutes réunies pour permettre la pousse en quantité abondante du taro. C’est pourquoi Wallis compte beaucoup sur le transport de marchandises entre les deux îles.

Cependant, le transport entre Wallis et Futuna est très cher. Ces tarifs élevés empêchent donc toute concurrence extérieure.

Sylvain Brial appelle le gouvernement à proposer des aides au transport de cette marchandise et l’Europe à s’engager sur les aides au transport inter-îles. Cette démarche s’inscrit dans la volonté du député d’une meilleure efficacité et d’un coût moins élevé, afin de pouvoir bénéficier pleinement du taro sur l’ensemble du “Fenua”.

Lire l’intégralité de la question au gouvernement

Article précédentSignature d’un partenariat entre la France et la communauté du Pacifique
Article suivantLa situation compliquée des étudiants wallisiens et futuniens